Pêche sportive: black bass, mer, truite, pêche au leurre, pêche à la mouche
Facebook achigan.net Google+ achigan.net Twitter achigan.net Pinterest achigan.net Newsletter Flus rss pêche
Rechercher dans le site:
Version us | Accueil > Communauté & Forum > Forum pêche
-
Pseudo:
Mot de passe:

Forum pêche


Vous n'êtes pas identifié

Sujet: Il faut sauver le lac du Drennec !

Elorn29N
Posts: 2086
Pertinence:

Groupes: 1
message 11 juin 2019 - 19:17 | Il faut sauver le lac du Drennec !  
Note du message: Notez ce message: down / up

Une enquête publique concernant un élevage de 400 vaches laitières dans les Monts d'Arrée en amont du lac du Drennec, de la réserve d'eau potable du Nord Finistère :

En gros, le GAEC a déjà deux élevages, dindes 107 000 équivalents habitants et vaches, 170 sur les sources même du ruisseau du Mougau un des deux cours d'eau qui alimentent le lac du Drennec.
il veut créer un autre élevage de 400 bovins plus des génisses.

Depuis les années 2010 environ, l'AAPPMA dénonce la présence d'algues filamenteuses, puis il y eu les épisodes cyanobactéries depuis 2012, en ce moment, la baignade et la consommation de poissons sont interdites par un arrêté préfectoral...
Les toxines des cyano ont provoqué la mort de gardons et de rotangles, heureusement pas celle de truites (arcs et farios) et la mortalité n'est pas totale.

Le demandeur va refaire plus de 5 km de talus mais le bilan final restera négatif icon_exclaim.gif de 3,700 km. ça donne une idée de l'ampleur du projet...

http://www.finistere.gouv.fr/Publications/Publications-legales/Consultations-du-public-Elevages/GAEC-TOURMEL-COMMANA

Il faut faire vite clôture de l'enquête le 14 juin.

Dernière modification par Elorn29N: 11 juin 2019 - 22:42
_________________
On a les poissons qu'on mérite...
MT
Posts: 2294
Pertinence:
Web: www
message 12 juin 2019 - 08:39 |  
Note du message: Notez ce message: down / up

Pourquoi interdire un élevage de 400 vaches quand il suffit d'interdire la baignade en aval ? icon_mrgreen.gif

Curieusement dans le dossier à la question le projet se situe t-il "Dans un périmètre de protection rapprochée d’un captage d’eau destiné à la consommation humaine ou d’eau minérale naturelle?" il est répondu non. C'est quoi la subtilité ?
_________________
http://www.envie-dautrement.com/sejour-de-peche-en-espagne-lacs-guadiana-extremadura.html
YannB
Posts: 986
Pertinence:
message 12 juin 2019 - 10:32 |  
Note du message: Notez ce message: down / up

MT a écrit:

Curieusement dans le dossier à la question le projet se situe t-il "Dans un périmètre de protection rapprochée d’un captage d’eau destiné à la consommation humaine ou d’eau minérale naturelle?" il est répondu non. C'est quoi la subtilité ?


une bonne étude comme il faut et cela roule!!

les subtilités :

http://sigessn.brgm.fr/spip.php?article82
Elorn29N
Posts: 2086
Pertinence:

Groupes: 1
message 12 juin 2019 - 12:16 |  
Note du message: Notez ce message: down / up

https://www.cyberacteurs.org/cyberactions/contreunprojetdefermeusineacommana-3165.html?fbclid=IwAR0HzvqNQckMBh1SSOLte704K8lVJcHICoxmMbUSADHoeu6YZmU2Odh-09g
Elorn29N
Posts: 2086
Pertinence:

Groupes: 1
message 12 juin 2019 - 12:22 |  
Note du message: Notez ce message: down / up

L'AAPPMA avait demandé l'instauration d'un périmètre de protection mais cela avait été refusé par le syndicat de bassin.

Grosse réunion de la CLE hier, on a pas obtenu le classement du dossier mais les services du préfet qui avaient sous estimés les enjeux du dossier sont invités à annuler cette demande et à repartir sur une procédure complète avec désignation d'un commissaire enquêteur.

Mon projet de déposition pour l'AAPPMA qui sera compléter avec les éléments recueillis hier, il est long car il est prévu que le pétitionnaire réponde point par point aux remarques.

"
Projet de déposition enquête publique GAEC Tourmel à Commana

fiche de travail
rédigée le 9 juin 2019

Remarque 1 :

Le projet présenté ne semble pas complet. Il ne mentionne pas les conséquences sur la ressource en eau potable, la faune aquatique du ruisseau et les dangers présentés par le digestat issu de la méthanisation.

Les exploitations de Monsieur Tourmel sont situées aux sources du Mpugau, ruisseau principal avec l’Elorn qui alimente le lac du Drennec. Ce lac classé NATURA 2000 constitue la réserve d’eau potable du Finistère nord. C’est aussi un lieu de baignade et de promenade apprécié, un lieu de pêche. Depuis le début des années 2000, des algues filamenteuses, des cyanobactéries, des épisodes de pollutions par des matières fécales y sont de plus en plus régulièrement relevées. Actuellement, la baignade et la consommation du poisson qui y a été pêché sont interdites et des mortalités de poissons constatées. Le Club nautique de l’Arrée a été obligé d’annuler des compétitions. Tout prélèvement et risque supplémentaire doit donc être exclus.

Le demandeur dispose déjà de deux captages profonds aux sources même du Mougau. La nouvelle installation, si elle voit le jour, augmenterait encore le prélèvement d’eau, cette fois directement sur le réseau. Cela ne serait pas sans conséquences, outre la quantité d’eau disponible pour la consommation et le respect des débits sur tout le cours de l’Elorn en particulier pendant les périodes étiage, sur la faune aquatique. Les truites fario sauvages sont depuis une dizaine d’années de moins en moins nombreuses dans le Mougau et le lac.

Les mesures de précautions qui ont du être prises par les collectivités territoriales dont le syndicat de bassin pendant les étés secs démontrent qu’il est temps d’arrêter de prélever de l’eau. Sur ce point, la partie amont du bassin versant qui alimente le lac devrait être sanctuarisée. Lors de l’assemblée générale de l’AAPPMA de l’Elorn, le président du syndicat de bassin a évoqué les conséquences prévisibles du réchauffement climatique. Depuis le début des années 2000, les truites fario du lac sont de moins en moins en moins nombreuses à remonter se reproduire dans le ruisseau du Mougau. Tout prélèvement supplémentaire se ferait au détriment de cette espèce et de la loutre.

A la question, la création de cette ferme usine de 400 vaches est-elle compatible avec la préservation de la ressource en eau et de la biodiversité, la réponse ne peut être que négative.

Remarque 2 :

Autre point d’importance, la méthanisation provoque des résidus appelés digestats*. L’avis N°2014-SA-0064 du l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire Alimentaire de l’Environnement et du Travail (ANSES) mentionne : « Il n’est pas possible de s’assurer de l’innocuité vis-à-vis de la santé publique et de l’environnement des engrais « azote phosphore » issus de lisier méthanisé déshydraté dans les conditions prescrites ou normales d’utilisation. En conséquence, il ne semble pas opportun d’ouvrir la possibilité d’accepter les produits pouvant relever du type 6c (digestat déshydraté) sous couvert d’une norme d’application obligatoire dans l’état actuel de la proposition d’inscription. »
Il n’apparaît donc pas souhaitable de voir de tels rejets autorisés en amont de la réserve d’eau potable du Finistère nord. Des cas de mortalités de poissons ont été signalés dans le cas d’épandage de digestat, même en respectant les distances réglementaires par rapport aux cours d’eau.

Les risques sanitaires, transmission du prion si des cadavres de bovins sont soumis au processus de méthanisation, antibiorésistance, les pollutions déjà signalées rendent inconcevable (principe de précaution) une usine de méthanisation en amont du lac du Drennec. Voir sur ces points l’article L. 110 du code de l’environnement dans sa dernière version.


Remarque 3 :
Pour tenir compte des altérations des milieux en amont du lac et dans le lac, il serait utile de prévoir des talus de rétention à Mougau Bihan et à Mougau Bras, situés aux sources du ruisseau du Mougau, principal contributeur de la réserve d’eau potable pour les habitants du Nord Finistère avec l’Elorn. Ces dernières années, plusieurs pollutions ont affecté gravement des affluents de l’Elorn et l’Elorn, obligeant plusieurs arrêts des prélèvements d’eau brute en vue de sa potabilisation.

Remarque 4 : page 8 du dossier, il est écrit que : »l’exploitation peut avoir un risque d’écoulement de lisier dans le milieu. » Ce point n’est pas acceptable en amont de la réserve d’eau du Finistère Nord.

Remarque 5 : le terme « 320 vaches laitières et la suite », utilisé en page 5, puis en page 32 semble ambiguë. Il faut préciser que le total est a minima de 400 vaches plus éventuellement des génisses évoquées plus loin dans le dossier mais là encore, cela introduit un doute sur le nombre réel d’animaux.

Remarque 6 : page 34, infrastructure agro-écologique : il paraît là-aussi important d’imposer des dispositions plus sévères que les dispositions générale pour préserver la qualité de l’eau du ruisseau et du lac du Drennec (enjeux eau potable et biodiversité).

Remarque 7 : page 35 : les vaches seront sur caillebotis. Ce point est d’importance car il engendre, outre le problème du bien être animal, celui de la collecte et du traitement, donc de manipulations, transferts de grandes quantités de lisier aux sources de la réserve d’eau potable du Finistère.

Remarque 8 : page 36 : l’épandage sera en grande partie à proximité immédiate des sources du Mougau. Inconcevable !

Remarque 9 : page 41, il est bien mentionné que : »l’exploitant prend toutes les dispositions pour qu’il ne puisse y avoir, en cas d’accident, déversement de matières dangereuses dans les égouts ou dans le milieu naturel ». Cette phrase anodine en apparence doit être remise dans son contexte. Dans notre département, chaque année, des dizaines de kilomètres de cours d’eau sont pollués, toute la faune aquatique tuée (invertébrés, poissons, mammifères dont des loutres). Le ruisseau du Mougau ne doit pas devenir comme celui de loc-Eguiner-Ploudiry quasiment pollué chaque année pendant des décennies.

Remarque 10 : page 43 : le requérant mentionne bien (voir supra) que l’épandage sera en grande partie effectué à proximité de l’élevage mais coche « non » dans la case qui concerne le passage de tonnes à lisier… Cela semble incompatible.

Remarque 11 : page 44 : le Gaec Tourmel dispose déjà de deux captages (Mougau Bihan et Mougau Bras) qui privent le ruisseau du Mougau d’une partie de son eau et donc affecte son débit. Le niveau du lac de Drennec et donc la réserve d’eau potable du Finistère nord, particulièrement en période d’étiage sévère, comme en 2003, 2010, 2011 (années à compléter et à vérifier) peut donc être affecté gravement par toute augmentation de la consommation d’eau.

Remarque 12 : Il est important de relever que le prélèvement supplémentaire de 60 m³ jour ne prend pas en compte celui exercé depuis les captages qui n’a pas été fourni dans le dossier. Le bilan, face aux enjeux, ne peut être que global sur cette partie de territoire. Il convient donc de demander la présentation de la somme des consommations d’eau aux sources du Mougau. Si la consommation induite par la nouvelle exploitation peut être considérée comme assez faible, elle doit cependant être examinée en face des débits d’étiage car le débit prélevé n’est pas réparti également dans la journée mais correspond à de fortes demandes ponctuelles susceptibles d’altérer le débit.


Remarque 13 : page 46 : nous noterons que « le risque de lessivage ne peut être écarté ». Ce risque est simplement inacceptable.

Remarque 14 : page 48 : le fumier de volaille est prévu être exporté. Il faudra vérifier ce point car le demandeur est réputé pour ne pas respecter les dispositions légales concernant son exploitation (Talus, épandage, traitements).

Remarque 15 : page 55 et 56 (concerne aussi l’ensemble du projet) : Dans le cas où le projet devrait connaître une suite, il faudra vérifier non seulement sa comptabilité avec le SAGE mais aussi avec les intérêts majeurs de la population. La disposition inventée dans le dossier de 61 % des eaux en bon état écologique n’est pas compatible si on se réfère à l’historique des SAGE et à la directive cadre européenne (DCE) qui prévoyait 100 % la restauration de la bonne qualité écologique dès 2015… Il s’agit là d’une possible dérogation qu’il conviendra de vérifier dans le détail.

Sur ce point et sur le fond du dossier, les nouvelles dispositions juridiques, en particulier la Loi du 8 août 2016 qui modifie le code de l’environnement obligent à minima comme l’indique l’article L 110.1 du code de l’environnement à :
- tenir compte du patrimoine commun et des équilibres biologiques;
- protéger, restaurer, prendre en compte l’avenir, la santé et les besoins des générations futures ;
- respecter le principe de précautions ;
- prendre en compte Le principe de non-régression, selon lequel la protection de l'environnement, assurée par les dispositions législatives et réglementaires relatives à l'environnement, ne peut faire l'objet que d'une amélioration constante, compte tenu des connaissances scientifiques et techniques du moment…

Ces dispositions semblent, en cas d’acceptation du projet, devoir conduire les opposants au projet vers un recours au tribunal administratif.


« L’article L 110.1 du code de l’environnement :
« I. - Les espaces, ressources et milieux naturels terrestres et marins, les sites, les paysages diurnes et nocturnes, la qualité de l'air, les êtres vivants et la biodiversité font partie du patrimoine commun de la nation. Ce patrimoine génère des services écosystémiques et des valeurs d'usage.
Les processus biologiques, les sols et la géodiversité concourent à la constitution de ce patrimoine.
On entend par biodiversité, ou diversité biologique, la variabilité des organismes vivants de toute origine, y compris les écosystèmes terrestres, marins et autres écosystèmes aquatiques, ainsi que les complexes écologiques dont ils font partie. Elle comprend la diversité au sein des espèces et entre espèces, la diversité des écosystèmes ainsi que les interactions entre les organismes vivants.
II. - Leur connaissance, leur protection, leur mise en valeur, leur restauration, leur remise en état, leur gestion, la préservation de leur capacité à évoluer et la sauvegarde des services qu'ils fournissent sont d'intérêt général et concourent à l'objectif de développement durable qui vise à satisfaire les besoins de développement et la santé des générations présentes sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs. Elles s'inspirent, dans le cadre des lois qui en définissent la portée, des principes suivants :
1° Le principe de précaution, selon lequel l'absence de certitudes, compte tenu des connaissances scientifiques et techniques du moment, ne doit pas retarder l'adoption de mesures effectives et proportionnées visant à prévenir un risque de dommages graves et irréversibles à l'environnement à un coût économiquement acceptable ;
2° Le principe d'action préventive et de correction, par priorité à la source, des atteintes à l'environnement, en utilisant les meilleures techniques disponibles à un coût économiquement acceptable. Ce principe implique d'éviter les atteintes à la biodiversité et aux services qu'elle fournit ; à défaut, d'en réduire la portée ; enfin, en dernier lieu, de compenser les atteintes qui n'ont pu être évitées ni réduites, en tenant compte des espèces, des habitats naturels et des fonctions écologiques affectées ;
Ce principe doit viser un objectif d'absence de perte nette de biodiversité, voire tendre vers un gain de biodiversité ;
3° Le principe pollueur-payeur, selon lequel les frais résultant des mesures de prévention, de réduction de la pollution et de lutte contre celle-ci doivent être supportés par le pollueur ;
4° Le principe selon lequel toute personne a le droit d'accéder aux informations relatives à l'environnement détenues par les autorités publiques ;
5° Le principe de participation en vertu duquel toute personne est informée des projets de décisions publiques ayant une incidence sur l'environnement dans des conditions lui permettant de formuler ses observations, qui sont prises en considération par l'autorité compétente ;
6° Le principe de solidarité écologique, qui appelle à prendre en compte, dans toute prise de décision publique ayant une incidence notable sur l'environnement des territoires concernés, les interactions des écosystèmes, des êtres vivants et des milieux naturels ou aménagés ;
7° Le principe de l'utilisation durable, selon lequel la pratique des usages peut être un instrument qui contribue à la biodiversité ;
8° Le principe de complémentarité entre l'environnement, l'agriculture, l'aquaculture et la gestion durable des forêts, selon lequel les surfaces agricoles, aquacoles et forestières sont porteuses d'une biodiversité spécifique et variée et les activités agricoles, aquacoles et forestières peuvent être vecteurs d'interactions écosystémiques garantissant, d'une part, la préservation des continuités écologiques et, d'autre part, des services environnementaux qui utilisent les fonctions écologiques d'un écosystème pour restaurer, maintenir ou créer de la biodiversité ;
9° Le principe de non-régression, selon lequel la protection de l'environnement, assurée par les dispositions législatives et réglementaires relatives à l'environnement, ne peut faire l'objet que d'une amélioration constante, compte tenu des connaissances scientifiques et techniques du moment.
III. - L'objectif de développement durable, tel qu'indiqué au II est recherché, de façon concomitante et cohérente, grâce aux cinq engagements suivants :
1° La lutte contre le changement climatique ;
2° La préservation de la biodiversité, des milieux, des ressources ainsi que la sauvegarde des services qu'ils fournissent et des usages qui s'y rattachent ;
3° La cohésion sociale et la solidarité entre les territoires et les générations ;
4° L'épanouissement de tous les êtres humains ;
5° La transition vers une économie circulaire.
IV. - L'Agenda 21 est un projet territorial de développement durable. « 
Ces dispositions nouvelles semblent en particulier imposer la diminution des taux de nitrate et de phosphore (problème du digestat) et rendent non acceptables les pertes de débits, surtout en période d’étiage. Il serait nécessaire d’augmenter la largeur des zones enherbées, ce qui ne garantirait même pas l’absence de conséquences pour la biodiversité . Le point 2C devrait être précisé. Les exploitations porcines seraient tenues de pratiquer ce point mais pas le demandeur pour des bovins.
Cela remet en cause des dispositions des chapitres 1, 2 et 3 du dossier…
Concernant le chapitre 4, pesticides et autres, l’exploitant aurait été pris très récemment sur le fait dans un périmètre interdit. Ce point doit être vérifié. Quel organisme a établi un P.-V. ? Quels ont été les témoins ? Il serait aussi à l’origine de plusieurs atteintes à l’environnement (talus et haies), creusement du lit mineur du Mougau…
Comment dans ces conditions accorder sa confiance face aux comportements répétés du demandeur qui visiblement semble trop aisément s’affranchir des dispositions réglementaires en vigueur ?
Remarque 16 : page 56, chapitre 6 : les enjeux « eau potable, biodiversité, qualité des eaux, débits, eau de baignade, sont pas pris en considération, ainsi, il aurait fallu que le demandeur coche la case : gère les prélèvement de manière collective (7c), ce qu’il n’a pas fait, démontrant ainsi que son dossier ne tient pas compte d’enjeux majeurs déjà cité pour le territoire.
Remarque 17 : page 57 : chapitres 8 et à suivre, le demandeur coche « non concerné » par la préservation des zones humides, alors que ces exploitations sont aux sources même du Mougau (chapitre 11). Il convient de noter qu’il juge qu’il n’est pas concerné non plus par la protection des têtes de bassin... Plus loin, il cite pourtant les SAGE de l’Elorn, de l’Aulne, du Léon-Trégor, manifestant là une mauvaise foi évidente.
Remarque 18 : page 60 : les difficultés de gestion de la ressource en eau ne sont pas citées. Elles sont pourtant bien réelles et surtout de plus en plus fréquentes du fait des modifications climatiques en cours.
Remarque 19: page 69 : il manque une pièce importante au plan d’épandage.
Remarque 20 : dans le cas où ce dossier aurait une suite, des dispositions plus contraignantes devraient être mises en place pour tenir compte de l’état dégradé des eaux du lac du Drennec.
Remarque 21 : page 84 : L’apparition de génisses interpelle. S’agit-il de bovins supplémentaires ?
Jusqu’à ce point du dossier, apparaissent 320 vaches laitière plus 80 vaches de réforme et là, il semble qu’il faille y ajouter 150 plus 125 plus 45, soit 320 bovins de plus ainsi que les dindes, plus de 110 000 habitants équivalents. Il conviendrait de fournir ici avec sincérité les éléments indispensables à l’étude de ce dossier.
Remarque 22 : page 189 et à suivre, l’échelle est inadaptée pour une étude fine du dossier.
Remarque 23 : pages 196 et à suivre, l’échelle des photos ne permet pas d’examiner avec la précision requise les conséquences des aménagements.
Remarque 24 : page 192 : la pratique des coupes à blanc de haies et de destructions de talus légales et illégales semble courante chez le demandeur. Il faudrait sur ce point faire un point précis des interventions des services de l’État et du parc d’Armorique.
Remarque 25 : la volonté récente de création de talus et de haies ne semble pas suffire. Le bilan reste trop fortement négatif (moins 3 655 m en amont du lac du Drennec). La création d’un périmètre de protection pourrait être une solution définitive à la problématique eau potable.
Remarque 26: le demandeur lui même reconnaît : «Certes le projet ne répond pas aux objectifs de compensation « talus « .
Remarque 27 : il convient de noter qu’il aurait été intéressant face à ce projet très ambitieux mais aussi qui met en péril la ressource en eau, l’environnement et la santé publique de requérir un avis de l’autorité environnementale régionale.
Remarque 28 : En regard du SAGE, les enjeux bactériologiques semblent mis en péril par l’épandage de digestats. La perte de talus et de haies mentionnée va encore accélérer l’eutrophisation du lac du Drennec et augmenter le risque présenté par les cyanobactéries et leurs toxines. Les activités autour du lac seraient elles même mises en péril comme la pêche, les activités nautiques (voile) et la baignade. Elles sont aujourd’hui interdite par le préfet du fait de la présence de cyanobactéries toxiques qui rendrait dangereuse la consommation de poissons issus du lac.

Conclusions : Aujourd’hui, du fait de la mortalité des poissons du lac du Drennec qui serait liée à des toxines émises par des cyanobactéries, un arrêté préfectoral interdit la baignade et la consommation du poisson qui serait capturé dans le lac pour une durée non déterminée. Cette disposition a déjà du être prise en 2012. La baignade a du être interdite plusieurs années de suite du fait de la bactériologie. Si l’enjeu eau potable de plus de 300 000 habitants du Finistère semble le plus important, la situation dégradée des eaux du lac du Drennec, les débits et le substrat du ruisseau du Mougau ont provoqué une baisse importante du nombre de truites fario dans le lac et une baisse du nombre de pêcheurs. Ces chiffres et les comptages dans la trappe du Mougau ont été régulièrement transmis aux services de l’État et aux collectivités territoriales du bassin versant. La situation ne fait qu’empirer depuis 2010 où l’AAPPMA avait signalé l’apparition d’algues filamenteuses en quantité alarmantes. Ces algues sont bien visibles dans l’anse du Mougau. Leur pourrissement engendrera un apport en nutriment et une consommation importante d’oxygène. L’épisode actuel démontre qu’il faut, non seulement s’opposer à ce dossier mais imposer rapidement la mise en place d’un périmètre de protection en vue de protéger la ressource. A défaut, des mesures devraient être prises rapidement pour limiter l’apport de vases plusieurs fois signalé par l’AAPPMA comme la reconstitution de talus. Les dangers présentés par les digestats ne semblent pas avoir été pris en compte, voir sur ce point L’avis N°2014-SA-0064 du l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire Alimentaire de l’Environnement et du Travail (ANSES) objet de la remarque 2. De plus les dispositions de l’article 110.1 du code de l’environnement, en particulier le principe de précaution, semblent rendre légitime un recours au tribunal administratif en cas d’acceptation de ce dossier. "

Nous avons appris hier qu'il ne respectait pas le quota de bovins autorisé... Cela avant son projet mais qu'il avait déjà reçu l'autorisation de construire son usine de méthanisation... icon_evil.gif icon_rolleyes.gif

Dernière modification par Elorn29N: 12 juin 2019 - 12:28
waoo
Posts: 1628
Pertinence:
message 12 juin 2019 - 12:28 |  
Note du message: Notez ce message: down / up

Ce qui est complètement dingue la dedans ( entre autre ) C'est que le méthaniseur c'est pas mal , on a du retard là dessus les Allemands font ça très bien . Mais il y a déjà de quoi l'alimenter en Bretagne . Nul besoin de créer de la matière en plus au contraire c'est la collecte qu'il faut organiser ...
Elorn29N
Posts: 2086
Pertinence:

Groupes: 1
message 12 juin 2019 - 12:36 |  
Note du message: Notez ce message: down / up

Le gros problème en cas de méthanisation est les résidus solides appelés digestats.
C'est une catastrophe sur le plan environnemental avec des risques sanitaires.

Déchargés des matières organiques qui aident à les fixer, nitrates, phosphates, métaux lourds, résidus d'antibiotiques, etc. s'infiltrent ou s'écoulent plus facilement en surface...

Présenté comme la bonne solution écologique, la méthanisation ne l'est peut être pas autant que souhaité. Sur des parcelles épandues dans d'autres régions, mortalité totale des vers de terre, des insectes... risque sanitaire avéré aussi avec de la bactério.
_________________
On a les poissons qu'on mérite...
waoo
Posts: 1628
Pertinence:
message 12 juin 2019 - 12:47 |  
Note du message: Notez ce message: down / up

Oui bien sur , je ne dis pas que c'est parfait . C'est la même chose pour les résidus d'incinération dans les incinérateurs .
Mais bon c'est pas pire que du temps où on entassait nos déchets dans des décharges sur 80m de profondeur ... Pour les méthaniseurs c'est le même principe , pas pire que l'épandage à tout va

Il n'y a rien de parfait malheureusement , mais au moins on recycle un peu . La gestion de ce qui reste , forcément concentré pause aussi problème je suis d'accord . C'est à suivre de près .

Mais faut pas rêver un déchet quel qu’il soit reste un déchet , même traité il reste un concentré à la fin . Le mieux est encore d'essayer d'en faire le moins possible .

La méthanisation à des atouts tout de même , encore faut il que ce soit bien fait mais on peut avoir de gros doutes c'est sur , surtout sur de grosses structures qui ne pensent plus que rentabilité ... En Allemagne on voit aussi les effets pervers avec de la culture de Maïs spécifiquement pour faire tourner des unités de méthanisation ... Bref comme toujours des comportement indésirable juste pour faire du fric ... Mais le principe même de la méthanisation s'il reste sur des petites unité c'est plutôt pas mal . Mais on peut imaginer que ce soit tout le contraire qui se passe par chez toi malheureusement on sait qui gouverne ta région

https://www.fne.asso.fr/dossiers/m%C3%A9thanisation%C2%A0-d%C3%A9finition-atouts-et-enjeux


Bref j'ai signé et j'ai fait tourné la pétition

Dernière modification par waoo: 12 juin 2019 - 13:29
YannB
Posts: 986
Pertinence:
message 12 juin 2019 - 14:10 |  
Note du message: Notez ce message: down / up

il en dit quoi l’hydrogéologue agrée? C'est quand même lui qui détient une grande partie de la "solution".

et comme d'hab s'il ne respecte rien, les DREAL sont pieds et poings liés et n'oseront pas la mise en demeure...(?)

Dernière modification par YannB: 12 juin 2019 - 14:12
app
Posts: 22
Pertinence:
message 12 juin 2019 - 14:30 |  
Note du message: Notez ce message: down / up

c'est d'un compliqué, pour un sujet plus qu'essentiel, l'eau. vive la bureaucratie icon_cry.gif
signé et diffusé également
Elorn29N
Posts: 2086
Pertinence:

Groupes: 1
message 12 juin 2019 - 16:22 |  
Note du message: Notez ce message: down / up

Citation :
En Allemagne on voit aussi les effets pervers avec de la culture de Maïs spécifiquement pour faire tourner des unités de méthanisation

C'est ce qu'il prévoit, cela au coeur du parc naturel régional d'Armorique...
_________________
On a les poissons qu'on mérite...
waoo
Posts: 1628
Pertinence:
message 12 juin 2019 - 16:34 |  
Note du message: Notez ce message: down / up

C'est l'idiotie même , des unité faites normalement pour traiter des déchets qui se retrouve alimentées par des cultures spécifiques pour elle , ou élevages spécifiques c'est pareil . Et qui ne traitent plus de déchets ...
Alors même qu'on pourrait les alimenter avec des déchets qui existent déjà en local ... On pourrait même y coller des algues vertes ...

Bref encore une belle démonstration de la connerie de notre monde ...
Elorn29N
Posts: 2086
Pertinence:

Groupes: 1
message 12 juin 2019 - 17:50 |  
Note du message: Notez ce message: down / up

Dans son dossier, le gars indique que la partie exportée le sera par une entreprise extérieure...

En grattant un peu, cette entreprise a été créée par lui même et il en est le gérant...
Vu le profil du gus, aucune confiance... icon_evil.gif
_________________
On a les poissons qu'on mérite...
Elorn29N
Posts: 2086
Pertinence:

Groupes: 1
message 12 juin 2019 - 17:54 |  
Note du message: Notez ce message: down / up

Pour Yann, nous avons demandé un bilan complet qui concerne les trois élevages : les prélèvements en regard de la ressource, les effets des épandages, etc...

Merci à ceux qui ont signé icon_exclaim.gif Ils sont invités à nos chantiers de rivières icon_exclaim.gif icon_lol.gif icon_lol.gif

Dernière modification par Elorn29N: 12 juin 2019 - 17:54
_________________
On a les poissons qu'on mérite...
Yaleg
Posts: 14
Pertinence:
message 12 juin 2019 - 18:40 |  
Note du message: Notez ce message: down / up

Signé, bien que vivant en basse Normandie icon_wink.gif .
Elorn29N
Posts: 2086
Pertinence:

Groupes: 1
message 13 juin 2019 - 11:56 |  
Note du message: Notez ce message: down / up

sm6.gif sm6.gif
_________________
On a les poissons qu'on mérite...
Carnaddiction
Posts: 222
Pertinence:
message 15 juin 2019 - 15:41 |  
Note du message: Notez ce message: down / up

Bonjour,

Il serait intéressant de contacter et demander le soutien de la station INRA PEIMA située en aval du Lac du Drennec et qui serait également impacté par ce type de rejets d'élevage.

Concernant le sujet des agrocarburants dont la méthanisation, c'est une mauvaise idée d'utiliser des élevages destinée à l'alimentation humaine pour également faire des agrocarburant à partir des sous produits (effluents d’élevage dans ce cas précis):
1/ Le jour où la méthanisation sera plus rentable que la vente alimentaire tout partira en couille: sélection de vaches à méthane, utilisation de laxatifs,...
2/ La méthanisation est déjà en concurrence directe pour l'achat de denrées auprès des cultivateurs, par exemple ils achètent le kilo de melon 0.70 € contre 0.45 € pour les supermarchés lorsque cette production est abondante (les supermarchés ET consommateurs sont aussi fautifs dans l'histoire).
3/ Les variétés végétales à bioéthanol et diester peuvent être sélectionné pour la fabrication d'agrocarburant uniquement (quitte à mettre notre sécurité alimentaire en péril) plutôt qu'être bivalent mais en plus l'utilisation de pesticides ne sera pas régulée puisqu'il ne s'agit plus d'alimentation humaine ou animale = toujours plus de pesticides.
4/ Les cultures alimentaires actuelles surchargés en pesticides peuvent être utilisés dans les agrocarburants (où exportées dans le tiers-monde dans le pire des cas...) lorsqu'ils sont impropres à la consommation humaine ou animale. Cela encourage les mauvaises pratiques culturales avec des agro-industriels qui sulfates à la louche.

Il faut également noter que les denrées déclassés de l'alimentation humaine sont souvent utilisée dans l'alimentation d'animaux d'élevage...destinée à l'alimentation humaine c'est ainsi que notre empoissonnement au glyphosate viens principalement de notre consommation de viande bas de gamme issus d'animaux engraissés au soja OGM ROUND-UP READY du Brésil et de céréales françaises déclassées. L'idéal reste le bio ou la consommation limitée pour la viande sans quoi la bioaccumulation pesticides et autres polluants nourrira votre futur cancer.

Tout ça pour dire que non les agrocarburants ne sont certainement pas écologiques avec l'encadrement légal actuel mais juste du bon gros GREEN WASHING supplémentaire.

De toute façon on sais déjà faire du bioéthanol à partir de déchets verts au sens large (dont herbe de tonte, taillage de haies,...) grâce à l'aboutissement du projet FURUTOL et ces même déchets verts peuvent aussi faire du méthane, même les particuliers en seraient capable: https://positivr.fr/homebiogas-gaz-domestique-engrais/
Elorn29N
Posts: 2086
Pertinence:

Groupes: 1
message 16 juin 2019 - 00:02 |  
Note du message: Notez ce message: down / up

Citation :
Il serait intéressant de contacter et demander le soutien de la station INRA PEIMA située en aval du Lac du Drennec et qui serait également impacté par ce type de rejets d'élevage.

Merci pour ta suggestion.

Excellente idée.

Remarque sur la politique générale de l'eau : une fois de plus, les intérêts individuels d'une seule entreprise familiale ont pris le pas sur l'intérêt commun de la population et de l'environnement, cela dans un secteur stratégique qui regroupe plusieurs enjeux : eau potable, NATURA 2000, parc d'Armorique, activités diverses du lac et... on est trop con on y a pas pensé, les travaux en cours à la PEIMA (Pisciculture Expérimentale INRA Monts d'Arrée).

La date limite pour déposer était le 14 juin mais je pense à la lumière de la décision de la CLE (Commission Locale de l'Eau), de la décision du conseil municipal de Commana (commune où sont implantes les installations) et des dépositions des différentes assoc dont j'ai pu prendre connaissance que le dossier devra être présenté à nouveau selon la procédure complète et pas seulement en consultation.
_________________
On a les poissons qu'on mérite...
waoo
Posts: 1628
Pertinence:
message 16 juin 2019 - 08:30 |  
Note du message: Notez ce message: down / up

Remarque c'est un peu pareil , je serai curieux de voir un réel bilan des eau rejetées dans le milieu naturel par cette pisciculture . Ainsi que le résidu de la procédure de filtration de leur flotte ...

Sans parler de leur travaux , tripatouillage génétique /sélection sur les poissons. Pour créer des truites végan icon_biggrin.gif Leur études /selection sur les farios ... Je crois que j'aimerai pas bien non plus avoir une pisciculture comme ça au bord de ma rivière ...

C'est finalement aussi un élevage avec ses rejets dans le milieux naturel . Vous n'aviez rien contre à l'AAPPMA de l'Elorn ???

Dernière modification par waoo: 16 juin 2019 - 08:59
Carnaddiction
Posts: 222
Pertinence:
message 16 juin 2019 - 12:17 |  
Note du message: Notez ce message: down / up

waoo a écrit:
Remarque c'est un peu pareil , je serai curieux de voir un réel bilan des eau rejetées dans le milieu naturel par cette pisciculture . Ainsi que le résidu de la procédure de filtration de leur flotte ...

Sans parler de leur travaux , tripatouillage génétique /sélection sur les poissons. Pour créer des truites végan icon_biggrin.gif Leur études /selection sur les farios ... Je crois que j'aimerai pas bien non plus avoir une pisciculture comme ça au bord de ma rivière ...

C'est finalement aussi un élevage avec ses rejets dans le milieux naturel . Vous n'aviez rien contre à l'AAPPMA de l'Elorn ???


Je te conseille de bien te renseigner avant de balancer des insanités sans fondement: cette station est pionnière en circuit fermée et aquaponie sur les salmonidés, technologies qui permettent de limiter le prélèvement d'eau pour l'élevage et éliminer au maximum les rejets par la culture de plantes à consommation humaine ce qui est loin d'être évidant en eau froide.

La pisciculture capte bien entendu ces rejets (défeuilleur/filtre à tambour/lagunage/...) restant puisque tout doit être mesuré/quantité pour les études scientifiques et c'est à partir de ce genre de station expérimentale que les normes de rejets ont étés choisies (les données ne sortent pas de nulle part).

L'aval de cette pisciculture (classée réserve) fourmille de vie avec une importante population de truites, tacons et anguilles. Cela ne m'étonnerai pas que ce soit une des meilleure station d'inventaire (pêche électrique) du département.

Concernant les plans de sélections ils sont là principalement pour rendre les poissons plus performant au niveau de la digestion et de la croissance = moins un poisson à besoin de nourriture pour grandir / moins il émets de fèces (moins d'effluents et de pollution). Les truites végans comme tu dis ont demandé plusieurs générations de sélection (pas OGM) et ont un impact écologique bien inférieur comparé à celles nourris à la farine de poisson (issus d'anchois du Pérou).

A noter également que quand il faudra sélectionner des souches de farios résistantes aux fortes chaleurs, la PEIMA sera parmi les seuls à pouvoir le faire et s'il faut sécuriser une souche de salmonidés (farios ou saumons) en voie de disparation, ils peuvent vous sauver la mise aussi par congélation des gamètes et conservation AD ÆTERNAM à la Banque Cryogénique Nationale.

Tout ça pour dire qu'ils font figure d'exemple comparée à d'autres piscicultures sur l'Elorn et puis l'AAPPMA de l'Elorn a aussi une petite pisciculture à tacons/saumons collée à la PEIMA, taper sur son voisin serait se tirer une balle dans le pied...

mail Inviter des personnes à lire ce sujet...
(entrez un pseudo ou une adresse email par ligne)
Chercher un membre
Texte pour les destinataires / invités (facultatif):

Votre email:
(En étant abonné, vous recevrez un mail dés qu'une prochaine réponse sera envoyée)

Rechercher dans - Astuces forum



Navigation :

22 visiteurs (liste) en ce moment dont le(s) membre(s) : Max6me, Kununurra
Page générée en 0.604s. - 40 requêtes sql -
Ce site utilise des cookies pour améliorer la navigation En savoir plus - Fermer