Pêche sportive: black bass, mer, truite, pêche au leurre, pêche à la mouche
Facebook achigan.net Google+ achigan.net Twitter achigan.net Pinterest achigan.net Newsletter Flus rss pêche
Rechercher dans le site:
Version us | Accueil > Communauté & Forum > Forum pêche
-
Pseudo:
Mot de passe:
0

Forum pêche


Vous n'êtes pas identifié

Sujet: Rivières vosgiennes, étiage hivernal - Enfin la pluie !

Jéda
Posts: 85
Pertinence:

Groupes: 1
message 31 jan 2017 - 12:30 | Rivières vosgiennes, étiage hivernal - Enfin la pluie !  
Note du message: Notez ce message: down / up

Bonjour à tous,

Ça y est, il pleut depuis 2 jours !
Enfin, car depuis plusieurs mois, les précipitations se sont faites plus que rares dans le département des Vosges. Qu'en est il par chez vous ?
Les chutes de neige n'ont apportés que peu d'eau (en plaine) car le froid a ralenti la fonte.
Les niveaux des deuxièmes catégories de tailles moyennes de la plaine étaient au plus bas il y a encore quelques jours !
Quant au cours d'eau de première... Rarement vu ça même si malheureusement, ce phénomène se renouvèle et/ou s'amplifie d'années en années.

J'en viens à ma question principale, d'après vous, ce manque d'eau aura t-il eu un impact sur la reproduction de nos chères fario ?

Bonne journée,

Dernière modification par Jéda: 31 jan 2017 - 12:32
Elorn29N
Posts: 1749
Pertinence:

Groupes: 1
message 31 jan 2017 - 17:39 |  
Note du message: Notez ce message: down / up

Citation :
ce manque d'eau aura t-il eu un impact sur la reproduction de nos chères fario ?

L'avis qui suit n'est qu'une observation locale effectuée sur le bassin versant de l'ELORN en 29 N.

Chaque année, nous parcourons près de 80 km de notre petit fleuve et de ses affluents pour compter les frayères de saumons.

Ici aussi, les niveaux sont, comme un peu partout, exceptionnellement bas pour la saison.

Voilà ce que nous avons constaté, surtout pour les saumons et qui sans doute peut être plus ou moins valable pour les truites, au moins pour les grosses.

Le nombre de frayères de saumons et de truites semble en gros normal. Par contre, des secteurs de frai habituels ont été délaissés ou seront stériles car asséchés.

Le recrutement de juvéniles est normalement lié à la surface de frayères disponibles. Si une partie de celles-ci ne peuvent être utilisées (pas assez d'eau ou au sec), cela aura des conséquences sur le nombre de juvéniles et donc sur toute la classe d'âge.

A ce problème, peut s'ajouter, du fait de la diminution des surfaces de frayères de qualité disponibles et les surcreusements : on a en plusieurs endroits truites, saumons (plusieurs passages) qui ont déplacé des frayères déjà crées, cela ne doit pas être très bon pour les oeufs fécondés cachés sous les pierres.

Nous avons noté que les frayères étaient moins nombreuses sur les ruisseaux, sur la partie haute de l'Elorn et bien plus nombreuses que d'habitude sur le cours moyen et inférieur de l'ELORN.

Le phénomène a été aggravé par la mise à sec de frayères du fait de la baisse des lâchés du lac du Drennec par le syndicat de bassin qui a mis quelques frayères à sec sur le cours supérieur, surtout des frayères à truites situées en bordures.

Impact il y aura, sans doute, mais quel impact icon_question.gif Le comptage des juvéniles saumons effectué en été ou en automne prochains nous donnera peut être une idée. Si les poissons n'ont aucune défense face aux pollutions ou au dégradations du milieux, on sait qu'ils s'adaptent souvent plutôt bien aux phénomènes naturels. Les énormes crues de 2014 n'avaient par exemple guère eu de conséquences mesurables sur la reproduction de l'année malgré les frayères parfois rasées par le courant en apparence... Nous n'avons malheureusement pas de données sur un étiage sévère.

D'autres phénomènes peuvent aussi se manifester comme la moindre dilution des pollutions...

Affaire à suivre donc et je suis aussi intéressé par des retours, retour que j'essaierai de fournir après les indices d'abondance qui même s'ils concernent le saumon, peuvent quand même donner une idée.
_________________
On a les poissons qu'on mérite...
waoo
Posts: 1329
Pertinence:
message 31 jan 2017 - 19:45 |  
Note du message: Notez ce message: down / up

Elorn29N a écrit:
Si les poissons n'ont aucune défense face aux pollutions ou au dégradations du milieux, on sait qu'ils s'adaptent souvent plutôt bien aux phénomènes naturels. Les énormes crues de 2014 n'avaient par exemple guère eu de conséquences mesurables sur la reproduction de l'année malgré les frayères parfois rasées par le courant en apparence...


Exactement , pourtant pendant les crues en 2014 ont pouvait entendre un peu partout que ça allait être désastreux pour les milieux . De fortes chance que les poissons s'adaptent également aux niveaux bas
Jéda
Posts: 85
Pertinence:

Groupes: 1
message 31 jan 2017 - 19:46 |  
Note du message: Notez ce message: down / up

Retour intéressant sur un poisson qui nous est inconnu par chez nous !

C'est justement sur l'état des frayères que je m'interroge.

Une chose est sûre, l'eau ne manque plus aujourd'hui. Bon nombre de rivières sont en crues sur la plaine vosgienne. Changement radical en 2 jours. C'est tout l'un ou tout l'autre !

Espérons que les niveaux restent convenables et que cet effet Yoyo cesse.
Elorn29N
Posts: 1749
Pertinence:

Groupes: 1
message 31 jan 2017 - 22:41 |  
Note du message: Notez ce message: down / up

Citation :
Retour intéressant sur un poisson qui nous est inconnu par chez nous !

Il existe un programme doté de très gros moyens concernant la restauration de la population de saumons atlantique du Rhin.

Peut-être des remontées sans les rivières vosgiennes icon_question.gif icon_wink.gif

J'ai indiqué le saumon car ce sont des salmonidés eux aussi avec des frayères de même type (cuvette - monticule) mais celles des premiers sont parfois énormes et donc facilement identifiables et comptables quand le niveau et la couleur de l'eau le permettent.
_________________
On a les poissons qu'on mérite...
Jéda
Posts: 85
Pertinence:

Groupes: 1
message 1er fév 2017 - 10:52 |  
Note du message: Notez ce message: down / up

Je vais rechercher des informations sur ce programme ! Je n'en ai pas entendu parlé !

N'y vois surtout pas un reproche de ma part sur le fait que tu évoques le saumon, je trouve cet exemple intéressant et comme tu le dis, comparable aux comportements des truites.

Bonne journée
jeje1445
Posts: 567
Pertinence:

Groupes: 1
message 1er fév 2017 - 11:56 |  
Note du message: Notez ce message: down / up

Citation :
J'en viens à ma question principale, d'après vous, ce manque d'eau aura t-il eu un impact sur la reproduction de nos chères fario ?

Les faibles niveau d'eau ont d'abord un impact sur les géniteurs qui peuvent donc être moins productifs pour plusieurs raisons:
- impossibilité d'accès à certaines zones de frayères à cause des niveaux bas,
- ralentissement de la migration,
- accès aux frayères mais dans un mauvais état (difficulté à franchir les ouvrages ou points de blocages successifs). A ce propos une série de petits seuils moyennement franchissables peuvent être plus impactant qu'un seul ouvrage plus important et plus difficilement franchissable mais isolé,
- frai dans de mauvaises conditions à cause des faibles hauteurs d'eau (blessures, plus d'efforts),
- et donc mortalité post-reproduction plus importante,
- la qualité de l'eau est encore plus altérée par les rejets et intrants. les faibles niveaux d'eau ne permettent plus au cours d'eau de s'auto-épurer normalement,
- etc.

Pour les frayères le colmatage du à l'absence de nettoyage des fonds par les coups d'eau peut être préjudiciable. Lorsqu'il y a pas mal de problèmes d'assainissement c'est flagrant. Les géniteurs se fatiguent à préparer les frayères dans ces conditions.

Le point positif est qu'en l'absence de coup d'eau les juvéniles ont en général un bon taux de survie.

Il ne faut pas sous estimer la nature. Elle a horreur du vide et les mauvaises années de reproduction (crues, sécheresses, etc.) sont en général compensées par d'excellentes reproductions par la suite. Sauf que lorsque les évènements anormaux deviennent récurrents (sécheresse, crues dévastatrices, pollutions, etc.) les manques sont plus difficiles voire impossible à compenser.

Enfin, on parle souvent d'étiage estival mais l'étiage hivernal peut également être très impactant. En Rhône Alpes, cela fait au moins 2 années de suite que les 2 étiages annuels se cumulent.

Il faut clairement s'attendre dans un futur proche à connaître de plus en plus ce genre d'évènements avec des populations de truites qui vont localement souffrir voir disparaître (ça a déjà commencé).
Jéda
Posts: 85
Pertinence:

Groupes: 1
message 1er fév 2017 - 14:20 |  
Note du message: Notez ce message: down / up

Merci pour ces explications très complètes !
je partage les derniers éléments mentionnés.
julot
Posts: 352
Pertinence:

Groupes: 2
message 3 fév 2017 - 23:42 |  
Note du message: Notez ce message: down / up

Salut,
juste une parenthèse sur le saumon dans les Vosges. Il n'y a pas de remontés dans le département, les rivières comportent trop d'obstacles pour permettre la remontée. Par contre l'association Saumon Rhin organise avec la fédération de pêche des Vosges des lâchés d'alevin de saumon sur la Moselle et la Moselotte, pour voir si l'habitat est favorable. Des pêches électriques sont effectués pour capturer d'éventuels tacons issus de ces alevinages.

http://peche88.fr/evaluation-de-la-qualite-des-habitats-potentiellement-favorables-au-saumon-atlantique-dans-les-vosges/
Lolox
Posts: 3
Pertinence:
message 11 sep 2017 - 15:58 |  
Note du message: Notez ce message: down / up

Jéda a écrit:
Bonjour à tous,

Ça y est, il pleut depuis 2 jours !
Enfin, car depuis plusieurs mois, les précipitations se sont faites plus que rares dans le département des Vosges. Qu'en est il par chez vous ?
Les chutes de neige n'ont apportés que peu d'eau (en plaine) car le froid a ralenti la fonte.
Les niveaux des deuxièmes catégories de tailles moyennes de la plaine étaient au plus bas il y a encore quelques jours !
Quant au cours d'eau de première... Rarement vu ça même si malheureusement, ce phénomène se renouvèle et/ou s'amplifie d'années en années.

J'en viens à ma question principale, d'après vous, ce manque d'eau aura t-il eu un impact sur la reproduction de nos chères fario ?

Bonne journée,


Salut Jéda ! ;)

L'année dernière, la reproduction "naturelle" des Farios n'a pas été aidée par les conditions climatiques de l'automne/hiver 2016/2017.

Les Truites, sur le Massif, avaient commencé la reproduction assez tôt aux premières pluies de novembre. Mais ces pluies ayant provoqué une hausse des débits momentanée, on s'est retrouvé au mois de décembre (presque chaud, et sec) avec de nouveau des débits très faibles qui ont pu mettre à sec certaines zones de frayères.

En janvier, les débits sont restés faibles et à cela s'est ajouté une vague de froid qui a fini de mettre à mal les frayères épargnées par la mise à sec. Certains cours d'eau du Massif ont été pris dans les glaces avec une bonne épaisseur (on pouvait par exemple marcher sur la Corbeline), et il y a même eu des remontée de gel par le fond sur les petits affluents... Bref, ça a fini d'achever ce qui restait jusque là !

Ayant participé à quelques pêches électriques d'inventaire cette année, on a assez peu de juvéniles, ce qui tend à confirmer que la reproduction a été difficile sur les rivières du massif sm6.gif

mail Inviter des personnes à lire ce sujet...
(entrez un pseudo ou une adresse email par ligne)
Chercher un membre
Texte pour les destinataires / invités (facultatif):

Tags du sujet : seulement pour les membres.

Votre email:
(En étant abonné, vous recevrez un mail dés qu'une prochaine réponse sera envoyée)
0

Rechercher dans - Astuces forum

Sujets similaires:


Navigation :
Visitez les accueils par thématique en rapport avec cette page:

12 visiteurs (liste) en ce moment dont le(s) membre(s) : Kenshin, dave05
Page générée en 0.72s. - 43 requêtes sql -
Ce site utilise des cookies pour améliorer la navigation X